Musculation et course à pied : indissociables ?

Auteur : Laboratoire LESCUYER

Par Xavier BARBIER
Gérant de Performance Athlétique

Le milieu sportif semble apprécier les oppositions. Malgré l’intérêt grandissant des français pour la course à pied et la musculation, ces deux communautés semblent éviter de mettre en commun certaines méthodes d’entraînement. Ainsi, dans l’esprit du pratiquant de la course à pied, un travail de musculation sera forcément mauvais pour sa performance. Il faut avouer que l’idée de prendre des kilos sur la balance ne vous réjouira que très modérément lorsque vous pensez à vos longues heures de course à pied.

Objectifs : force et puissance

Certes, mais pour vous réconcilier avec les poids et les haltères, utilisons le vrai terme lié à l’utilisation de la musculation : le développement des qualités musculaires de force et puissance…

Cependant, beaucoup de coureurs font de la musculation en utilisant des charges légères à modérées pour un nombre important de répétitions (généralement 12 et plus) avec pour objectif d’améliorer l’endurance plutôt que la force et la puissance musculaire.

Ceci peut être au détriment de leur performance. En effet, l’augmentation de la force et de la puissance musculaire (en suivant un programme d’entraînement dans cet objectif) signifie une diminution de l’effort à produire à chaque foulée pour une amplitude plus importante. Une diminution de cet effort implique une capacité à maintenir une intensité élevée plus longtemps. C’est ce que semblaient indiquer plusieurs études explorant l’efficacité d’exercices de force, d’explosivité et de pliométrie sur l’économie de course et l’endurance.

Pourquoi se muscler pour les coureurs ?

Ces recommandations peuvent être perturbantes pour les sportifs d’endurance qui sont prompts à être rapidement spécifiques pour leur entraînement. Nombreux sont ceux qui pensent que puisque leur effort est sur un temps long, il fait sens de faire sa préparation physique dans le même esprit, et de préparer ses muscles à résister à la fatigue à travers un programme de développement de la force basé sur un haut volume de répétition.

Ainsi, il est important de comprendre qu’il est impossible d’égaler, via un entraînement de force (même d’endurance de force), la demande énergétique et la fatigue musculaire liées à la course à pied. De ce fait, la solution la plus efficace est bien l’amélioration des niveaux de force et de puissance musculaire afin de diminuer l’effort de course.

Une planification judicieuse de l’année selon les objectifs et le planning hebdomadaire des entraînements est également un point à ne pas négliger. L’objectif est de créer un état de forme pour le jour de la course, et non pas de s’épuiser à chaque séance.

Xavier BARBIER
Gérant Performance Athlétique