L’étiquetage alimentaire : décryptage

Auteur : Laboratoire LESCUYER

Afin d’informer au mieux le consommateur sur les denrées alimentaires et de l’éclairer dans ses choix, des règles européennes doivent être appliquées sur les étiquetages alimentaires. Ainsi, le règlement européen n°1169/2011, dit règlement « INCO », entré en vigueur en décembre dernier, impose de nouvelles règles relatives aux informations nutritionnelles.

Présence d’allergènes

Depuis le 13 décembre 2014, la présence d’allergènes (substances susceptibles de déclencher une réaction allergique) dans les produits alimentaires doivent figurer de manière explicite. En effet, la fréquence des allergies alimentaires et leurs conséquences sur la santé ont amené les pouvoirs publics à instaurer des mesures d’information du consommateur. Une liste d’allergènes (blé, œuf, lait, poisson, céleri, soja, etc…) doit donc être facilement identifiable sur les étiquetages

Présence des noms scientifiques des vitamines

D’ici à décembre 2016, les informations nutritionnelles figurant sur les produits emballés devront apparaître sous une forme standardisée. La déclaration nutritionnelle sera obligatoire sur tous les produits alimentaires et sous le même format.

A ce titre, certaines vitamines apparaîtront sous leur nom scientifique dans les listes d’ingrédients et les tableaux d’analyse moyenne des produits. Par exemple :

  • Vitamine B1 -> thiamine
  • Vitamine B2 -> riboflavine
  • Vitamine B3 -> niacine
  • Vitamine B9 -> acide folique
  • Vitamine B5 -> acide pantothénique

Notion de Valeurs Nutritionnelles de Référence (VNR)

Les termes apports journaliers de référence (AJR) et repères nutritionnels journaliers (RNJ) sont désormais regroupés sous la dénomination de « valeurs nutritionnelles de référence » (VNR).

Les « valeurs nutritionnelles de référence » sont des apports quotidiens de référence qui ont été établis pour l’Europe afin d’harmoniser les étiquetages relatifs aux nutriments, vitamines et minéraux. Ces valeurs constituent donc un ensemble complet de recommandations nutritionnelles qui permet au consommateur de mieux se repérer.

Suppression de la teneur en sodium

Les consommateurs ont formulé le souhait d’une information simplifiée délivrée uniquement en équivalent en « sel ». D’un point de vue chimique, le sel (NaCl) est composé de chlorure (Cl) et de sodium (Na). Pour connaître la teneur en sel dans un produit alimentaire, un facteur de conversion doit être appliqué.

Ainsi progressivement, vous ne verrez plus dans l’analyse moyenne des produits la teneur en sodium mais la teneur en sel qui correspond à un coefficient de conversion prévu dans le règlement, à savoir : teneur en sel = teneur en sodium x 2,5.

Ces dispositions concernent tout particulièrement les produits diététiques de l’effort puisque la teneur en sodium est un élément caractéristique de ces produits. Cela sera surtout visible sur les boissons de l’effort NUTRAPERF et la boisson d’attente NUTRATTENTE.

Exemple d’un nouvel étiquetage (produit NUTRARÉCUP saveur Fruits rouges) :

Liste-ingredanalyse-moyenne