Comment prendre soin de vos pieds ?

Auteur : Laboratoire LESCUYER

Quels sont les différentes blessures qui existent et comment y remédier voire les anticiper ?
Par un Podologue du Sport

Comment prendre soin de vos pieds ?

Je suis podologue du sport depuis 10 ans et membre actif à l’organisation du Marathon de Cognac (mi-novembre) depuis également 10 éditions. J’ai ainsi pas mal d’expériences professionnelles auprès de mes patients et sur le terrain lors des différents marathons.

Lors de la course, la pression de chaque appui correspond à 3 à 4 fois votre poids. Ainsi, il est conseillé de prendre quelques précautions concernant la peau, les ongles, les chaussettes, les lacets, et les chaussures… Nous allons voir ces différents points dans les paragraphes suivants.

La peau

Pour commencer, il est bon de rappeler le rôle de la peau ! Elle protège, subit les pressions et frottements. Elle réagit donc lors de pressions trop importantes et localisées en durcissant, ce qu’on nomme l’hyperkératose. Si cette pression est hyper localisée, il se créée un cor car une pointe cornée durcit en profondeur. Lors de chocs brusques ou répétés, des hématomes (amas vasculaires) sur la peau ou sous les ongles se forment.

Comment la protéger ?

Pour protéger votre peau, il est important de la préparer par un tannage. Un tannage naturel va se faire avec l’accumulation des entrainements, mais il existe des produits qui appliqués quotidiennement une quinzaine de jours avant permettent de renforcer cette action.

Il existe chez Akileine la « NOK » et chez le laboratoire Fabre « Pedi-relax » une crème tannante. Les mêmes laboratoires proposent des baumes et des crèmes hydratantes qui, utilisés régulièrement, entretiennent la souplesse de la peau. Il est aussi bon de protéger juste avant les entrainement ou la course par un produit comme le « effet seconde peau » de chez Fabre dont les résultats sont assez impressionnants mais uniquement sur du court terme.

Il existe aussi des préparations ancestrales à base de citron : faire un tannage de la peau à l’acide citrique à 2% en solution aqueuse (ou au citron pur) et appliquer tout de suite après, une crème anti-échauffement pendant 3 semaines avant la compétition et le jour même. C’est très efficace mais à éviter juste avant une course à moins de l’avoir déjà testé au préalable.

Les Ampoules

Comment traiter ses ampoules dites « phlyctènes » qui sont a mon avis un des facteurs les plus délicats ? Ces frottements qui décollent les couches superficielles de l’épiderme avec un liquide à l’intérieur.

Lorsqu’elles ne sont pas pensées, le podologue fait une ponction du liquide avec une seringue dans laquelle, nous y avons ajouté préalablement de l’éosine (attention aux allergiques). Nous réinjectons le mélange des 2 sans retirer l’aiguille puis a nouveau ponction complète. A couvrir avec pansement sec.

Sinon, vous pouvez percer l’ampoule avec une aiguille stérile (sans fil qui est trop infectieux) et passer dessus une solution asepsie (bedaine ou eosine). Couvrir d’un pansement sec ou spécifique hydrocolloide type Compeed ou Urgo.

Les ongles

Les ongles subissent chocs et frottements qui sont sources de nombreuses douleurs. Il est impératif de ne pas se couper les ongles la veille de la course mais plutôt 4 ou 5 jours avant. Les ongles doivent être coupés en suivant la forme de vos orteils (avec un arrondi dans les angles). Il ne faut pas les couper dans les coins, ne pas arracher les ongles et veillez à ce qu’il n’y ait aucun angle saillant. En cas de blessure désinfecter avec un antiseptique.

Les microtraumatismes répétés et une mauvaise coupe d’ongles peuvent entraîner des hématomes sous unguéaux (sous l’ongle) et des ongles incarnés (morceau d’ongle venant en conflit avec la peau avec risque d’infection). Ces hématomes peuvent être traités par un professionnel mais il ne faut pas attente sous peine de décollement complet. Il faut savoir qu’un ongle met de 6 mois à 1an pour repousser complètement.

Il peut y avoir différentes causes pour les ongles incarnés :

- Soit vos chaussures ne sont pas adaptées : mal, trop grande, petite,
- Soit vos appuis sont mauvais,
- Soit votre morphotype de pied le provoque…
Dans tous les cas si ces soucis persistent, il est nécessaire de consulter un professionnel de santé car cela peut être douloureux et long à guérir. N’hésitez pas à voir un podologue ou vous faire conseiller par un vendeur.

Les chaussettes

Un lien important entre vos pieds et votre chaussure reste la chaussette ! En effet, il en existe de plus en plus technique, avec ou sans contentions, gardent au frais ou au contraire réchauffent ou régule la température… Elles ont un confort par leur maintien et surtout sans coutures avec des matériaux adaptés, dans le domaine chez THYO, X-socks vous trouverez un choix important en fonction de vos attentes.

Un autre point important, l’hypersudation et les effets secondaires à celle-ci. Contre la sudation, des techniques existent comme l’ionophorése (séances régulière de bains avec circulation de courant électrique) ainsi que des traitements médicamenteux sur prescriptions à base d’acide borique.

Les mycoses « athletics foot » ou intertrigo sont des macérations entre les orteils, légèrement blanchâtre avec fissurations et démangeaisons. Un traitement simple consiste à appliquer un antifongique et antiseptique type Bétadine (attention aux allergies à l’iode) 2 fois/jour, si les symptômes persistent n’hésitez à consulter. Il existe ce même type de mycoses avec atteintes unguéales (ongles cassants, fissurés, tachés, décollement), le traitement est long alors n’attendez pas une évolution trop avancée pour prendre un traitement adapté. Le plus simple pour éviter les mycoses est une hygiène rigoureuse : bien s’essuyer les pieds (notamment entre les orteils) après chaque douche et passer la soirée (et la nuit) sans chaussette ! De plus, un nettoyage hebdomadaire avec une solution asepsie (bedaine ou antifongique) est un plus.

Le laçage de chaussures

En fonction de la forme de votre pied plat creux, volumineux, petit etc.… Il existe des techniques de laçages afin de vous apporter un maximum de confort : il est impératif de serrer ses chaussures sans arriver à l’extrême de compression du coup de pied mais c’est souvent encore trop négligé.

La marque Xtenex permet de serrer sans laçage mais pas expérience, il faut quelques sorties avant de trouver le bon réglage.

Voir schéma de laçage en bas de page

Les chaussures

Pour finir, mais pas par le plus simple, le choix des chaussures ! Voici quelques conseils pour éviter des erreurs.

Il est fortement déconseillé de changer vos chaussures dans le dernier mois avant votre course et il en est de même pour tous les tests de produits (chaussettes, crèmes…).

Supinateur, pronateur, universel ?

On peut lire beaucoup de choses sur la supination (pied en appui vers l’exterieur) ou pronation (pied en appui vers l’intérieur), vaste sujet de discutions des coureurs, à savoir qu’il est impossible de vous donner cette information sans vous avoir vu courir. En effet certaines personnes peuvent avoir des appuis supinateurs en statique et différents en dynamique. L’usure de vos chaussures est un indicateur mais il ne faut pas trop s’y fier, car en fonction de la stabilité de celle-ci, du laçage (etc.) de nombreux facteurs peuvent les modifier.

Si vous avez besoin d’une correction de vos appuis ou de votre statique, seule des orthèses plantaires thermoformes faites par un podologue associé à un chaussant adapté seront efficaces.

Certaines marques sont dites plus larges que d’autres par exemple mizuno et New-Balance seront conseillés aux personnes ayant un avant pied large et creux avant un coup de pied fort alors qu’Asics est dit plus étroit donc plus pour des pieds plats, fin ou instable.

Quoi qu’il en soit même une chaussure parfaitement adaptée ne vous corrige pas si vous avez des défauts d’appuis, responsables de douleurs tendineuses périostes etc.

Les amortis

Au sujet des amortis, ils doivent correspondre à votre poids et votre niveau. Plus vous courez longtemps plus vous en avez besoin. Mais il faut dire aussi que trop d’amorties tuent l’amorties !!! Je m’explique, si vous avez des tendinites achiliennes chroniques du à un valgus du pied (affaissement de la voute plantaire vers l’intérieur) et que vous rajoutez une semelle amortissante vous aggravez votre instabilité donc votre valgus et par conséquent vos douleurs.

La durée de vie de votre chaussure ne doit pas excéder 1500 kms ou 1 an. Sinon vous les recyclez pour le fractionné et utilisez les nouvelles pour les sorties longue et le marathon.

La pointure

La pointure ne doit pas être choisie en fonction de chiffre mais en essayant la chaussure debout lacée, il ne doit rester que la largeur d’un pouce entre l’orteil le plus long et le bout de votre chaussure.

Apres une étude réalisée lors du marathon du cognac en 2009 sur 90 marathoniens, avec prise de pointure avant et âpres la course très peu d’entre eux avaient pris une pointure comme on le dit généralement, mais en moyenne à peine une demi pointure. Je vous laisse regarder les résultats.

Voir la documentation en bas de page

La chaussure est la transition entre le sol et vous, chaque impact une incidence sur votre corps d’où l’importance de la prévention dès les premières sorties et afin de pouvoir continuer une activité jusqu’à un âge avancé et dans de bonnes conditions (douleurs, interventions lourdes, etc…) :

- En ayant une bonne hygiène du pied et en pratiquant un entretien régulier (crèmes hydratantes, fongicides, pansements etc.)
- En utilisant chaussettes et chaussures adaptées.
- En consultant un podologue du sport, qui suite à un examen clinique vous fera un diagnostic précis sur la dynamique de votre pied et vous conseillera.Bonne préparation et bonne course !

Podologue du Sport

Télécharger le schéma

Télécharger l’Etude