Boissons énergisantes vs. Boissons énergétiques

Auteur : Laboratoire LESCUYER

Par Nicolas AUBINEAU (Diététicien Nutritionniste, D.U. Nutrition du Sport) - Partie diététique
Yohann JAGOUEIX (Master 2 Marketing du Sport) - Partie Marketing

Vous avez peut être entendu (ou lu sur Internet) ces dénominations et il est compliqué de comprendre les différences qu’il existe entre ces boissons : Sont-elles identiques ? Ont-elles le même objectif ? Quel public visent-elles ? Y a-t-il un danger pour les sportifs ? Nous allons répondre à ces interrogations au niveau diététique (apports concrets de chaque boisson) et au niveau marketing qui masque souvent les réalités !

Au niveau dietetique

Voici sous forme d’interview les réponses aux principales questions concernant ces 2 types de boissons. Nicolas AUBINEAU (Diététicien Nutritionniste – D.U. Nutrition du Sport) y répond :

Quelle différence existe-t-il entre une boisson énergétique et une boisson énergisante ?

Les boissons énergétiques :

  • Destinées aux sportifs et adaptées à leurs besoins liés à l’effort (force, résistance, endurance, ultra-endurance) ;
  • Boissons diététiques adaptés avant, pendant, après l’effort ;
  • Composées généralement de : eau, glucides (glucose, fructose, maltodextrines…), minéraux (sodium, magnésium…), vitamines (B, C, E…),
  • Cadre réglementaire autour de cette appellation : par exemple, il faut minimum 60% de glucides…

Les boissons énergisantes (« Energy drink ») :

  • Inadaptées à l’effort physique,
  • Objectifs : « cacher » la fatigue, augmenter la mémorisation et la concentration, caractère « indestructible » avec un effet psychologique (« taureau rouge », « brûler », « monstre » sont les traductions des principales marques présentes sur le marché).
  • Leur composition générale : eau, glucose, caféine, taurine, extraits de plantes (guarana, ginseng…), arômes chimiques, correcteurs d’acidité, colorants
  • En excès, ces boissons entraînent : nervosité, anxiété, troubles du sommeil, acidification du corps,
  • A terme, il peut exister un risque de dépendance accru
  • Aucun cadre réglementaire

Les boissons énergisantes sont-elles bonnes pour notre corps pendant l’effort ?

Les boissons diététiques :

  • Critères nutritionnels bien précis, réglementés, adaptés à l’effort sur le plan de l’énergie, de l’apport en macronutriments (protides, lipides, glucides) et en micronutriments (vitamines, minéraux, oligoéléments, acides aminés, acides gras essentiels…)

Les boissons énergisantes :

  • Propriétés acidifiantes ce qui peut augmenter le risque de blessures lors de l’effort,
  • La caféine augmente l’élimination urinaire du calcium, magnésium, sodium ce qui accroit la déshydratation, les désordres électrolytiques, (récupération non optimale, gênes gastro-intestinales). 80mg de caféine par canette soit 320 mg par litre contre 70 mg par litre de boisson reconstitué par exemple pour Nutraperf soit 4.5 fois plus de caféine !
  • Présence de sels de sodium en trop faible quantité: si l’effort est prolongé en ambiance chaude, il y aura une perte augmentée de sodium,
  • Taux de glucides trop important : + de 100g/L par rapport au taux recommandé de 30 à 50g/L,
  • De plus, risque d’hypoglycémies réactionnelles si la boisson est consommée avant l’effort et non intégrée dans un processus d’échauffement,
  • Equilibre acido-basique perturbé pouvant entraîner des problèmes digestifs, blessures physiques, un manque d’énergie….

A quel moment de l’activité physique et à quelle fréquence peut-on boire une boisson énergisante ?

A aucun moment car elle est non adaptée avant, pendant et après l’effort.

Que pensez-vous de ces boissons ?

Par rapport à ce qui a été énuméré auparavant:

  • Boissons qui ne respectent pas l’éthique sportive : peuvent générer des conduites addictives, favorisent le risque de blessures,
  • Boissons en inadéquation avec l’effort physique.

Pour conclure, les boissons énergisantes sont en totale inadéquation avec l’effort physique ! Cela pourrait même s’avérer être un danger si la consommation avait lieu lors d’un effort intense type marathon, trail, triathlon ! Nous allons voir dans le point suivant, comment les marques énergisantes agissent au niveau marketing pour les implanter dans le milieu du sport

Au niveau marketing

Arrivée controversée sur le marché français

Souvenez-vous de l’arrivée plus que controversée des boissons énergisantes sur le marché français qui avaient crées la polémique ! Lorsque le feu vert fut donné par les autorités sanitaires, les boissons énergisantes ont été présentes en 1er lieu dans les discothèques et dans les bars. S’en est suivie une forte présence sur le terrain où de charmantes hôtesses proposaient gracieusement de tester la boisson (procédé appelé « street marketing »). Après s’être fait connaître, certaines marques ont voulu pénétrer le marché du sport.

Gros moyens de communication

Outre l’aspect physiologique (nutriments apportés) évoqué dans le paragraphe précédent, il convient d’analyser l’aspect marketing et notamment le sponsoring dont l’objectif est de légitimer les produits dans le milieu du sport. La marque la plus connue possède un budget communication très important : nombreuses publicités à la TV, nombreuses équipes ou sportifs en contrat (avec notamment une écurie de Formule 1 !). Concrètement, elle peut se permettre de rémunérer n’importe quel athlète !

Si nous y regardons de plus près, les sportifs sponsorisés par des marques énergisantes sont principalement des pilotes auto ou moto, des skateurs, surfeurs, free-stylers…Leur point commun : pratiquer des sports souvent classés parmi les sports « extrêmes ». Ceci est accentué par les événements sponsorisés (avec « naming » c’est-à-dire le nom de la marque repris dans l’intitulé de l’épreuve) tels que le championnat de plongeon haute altitude.

On remarque un lien fort entre le coté spectaculaire des sportifs (sports « extrêmes »), les sports parrainés (plongeon en altitude) et leur présence initiale dans les discothèques en tant que boisson divertissante. Pour le moment, ce genre de boisson surfe sur le coté branché.

Quels sportifs utilisent leur produit sur Marathon, Trail, Triathlon…?

Cependant (et à ce jour), vous ne trouverez pas de sportifs réalisant des marathons, triathlons, trails, épreuves cyclistes utilisant des boissons énergisantes. Il y a bien une raison au fait que les sportifs réalisant des efforts intenses ne courent (ou pédalent) pas avec des boissons énergisantes ? Une offre de sponsoring arrivera certainement un jour mais le coureur en question boira-t-il de la boisson énergisante pendant son marathon ? Notre équipe scientifique demande à voir…

Ils le déconseillent eux-mêmes !

Il faut donc se méfier du sponsoring dans le sens où, sur le site officiel du leader des boissons énergisantes, il est écrit que « Comme X n’a pas été conçu pour réhydrater, nous encourageons les personnes qui pratiquent un sport à boire par ailleurs une grande quantité d’eau pendant un exercice intense. » (pour plus de renseignements, n’hésitez pas à nous contacter). De plus, la Société Française de Nutrition du Sport (S.N.F.S) proclame que les boissons énergisantes « n’ont aucun intérêt nutritionnel pour les sportifs, à l’inverse des boissons énergétiques. »

Pour information, il existe à ce jour (et à notre connaissance) 2 marques de boissons énergétiques (donc celles destinées aux sportifs) qui commercialisent également une boisson énergisante ! Tout argent est bon à prendre pour certains !

Conclusion

Par cette contribution, nous espérons vous avoir appris la différence entre une boisson énergisante (divertissante) et énergétique (pour le sport). Si lors d’un événement, vous croisez de charmantes hôtesses au niveau des aires d’arrivées (fréquent lors des triathlons, trails), pensez que la boisson en question ne vous apporte rien de spécifique pour récupérer après l’effort. Votre corps a suffisamment souffert lors de l’épreuve et il ne souhaite consommer que des boissons traditionnelles, boissons de récupération ou du solide (fruits secs, gâteaux…).

Enfin, n’oubliez pas que le marketing prend beaucoup de place et qu’avec de l’argent, on peut s’acheter des événements, des sportifs… Et oui, il y a une différence entre dire « J’utilise telle boisson » et l’utiliser réellement !